La réunion publique du 10 juin conviait les Essertois pour comprendre le principe de la" participation citoyenne "

Le Commandant BRANGER, Directeur Départemental adjoint de la sécurité publique, le Lieutenant BAUMGARTNER, référent “participation citoyenne” pour la DDSP du territoire de Belfort et le Major BERNARDIN, référent Sureté, présentaient ce dispositif qui n’a pas vocation à se substituer l’action de la police. Ce protocole engagé depuis 2011 apporte un confort, voire une sécurité et constate une diminution de 20 à 30% de délinquance.

Une vraie dissuasion

Ce premier échelon de vigilance est important et peut à lui seul permettre de faire avorter, sans même que nous le sachions, une tentative d’incivilité ou un acte délictueux

Quelques chiffres

En France, un cambriolage a lieu toutes les 90 secondes, Soit 985 par jour
- 8% des foyers français étaient équipés d’une porte blindée en 2010
- 95% des cambrioleurs prennent la fuite lors du déclenchement d’une alarme.
- 80% des cambriolages ont lieu en ville. Seuls, 13% sont élucidés.
- 50% des cambriolages concernent les résidences principales, 6% les résidences secondaires et 44% les locaux professionnels.
- 5 mn, durée moyenne d’un cambriolage, jamais plus de 20 mn.
- 80% ont lieu de jour, 55% entre 14 et 17h.
- 20% ont lieu la nuit pendant le sommeil des occupants.

Sur les 6 prochaines années, un français sur dix aura la malchance de se faire cambrioler.

 

Comment ça marche ? 

Une commune, des habitants, des référents de quartier, un responsable Référent (Gérard Paris Conseiller Municipal) en lien avec la police.
Le dispositif appelé “PARTICIPATION CITOYENNE” invite à une surveillance naturelle de tout Essertois, en informant un référent si une suspicion de délit est observée.
Vous l’avez compris ce n’est pas son voisin que l’on surveille, car alors, ce serait de la délation, mais bien l’observation d’une action, d’un repérage…. douteux.

Qu’est-ce qu’un référent de quartier ?

C’est une personne volontaire, habitant votre quartier
Il rend compte des faits en temps réel au référent de la commune
Composer alors le numéro de téléphone du référent de quartier qui collectera votre information et agira en conséquence, en l’occurrence, prévenir le référent de commune qui lui, avisera la Police.
Dans l’action, il suffit simplement de faire preuve d’un peu de vigilance et d’attention, avoir l’œil un peu inquisiteur de façon à identifier la préparation ou même la commission d’un acte répréhensible ou d’un fait susceptible de troubler l’ordre public.
Par exemple, tout comportement bizarre ou suspect d’un individu étranger au quartier, le passage d’un véhicule à allure réduite pouvant laisser supposer des repérages, des signes ou des inscriptions sur les murs ou les boites aux lettres.
Au cours du mois de septembre, une convention sera établie et signée par Monsieur le Maire et Monsieur le Préfet du Territoire de Belfort, à l'origine du projet. Ce document fixera les modalités de notre action. Dès lors, notre dispositif sera opérationnel.

Quelques secteurs de notre village n'ont pas encore leur "délégué de quartier". Les personnes intéressées sont invitées à se faire connaitre à l'accueil de la Mairie ou m'appeler au n° 06 33 28 23 38.

En cas d'urgence absolue (agression, flagrant délit de vol, acte délictueux grave), la procédure habituelle devra néanmoins s'appliquer. (Appel au17)